L'île du calme ? - Pirates à Majorque

Curiosités de Majorque

Retourner au blog

L'île du calme ? - Pirates à Majorque

De nos jours, qui n’a pas pensé à des vacances sur l’île du calme ? Oui, c’est vrai, nous faisons référence à Majorque, cette enclave méditerranéenne facilement accessible par terre, mer et air, mais… A-t-elle toujours été un havre de paix, de plages isolées et de publicités pour la bière ?

Eh bien, la réponse est évidemment non. En effet, ces îles ont subi de nombreuses attaques à toutes les époques connues, ont été la cible d’intérêts internationaux et Ils étaient inévitablement une scène de lutte et de combat. Les pirates et les corsaires sont l’une de ces menaces qui ont entraîné des raids côtiers, des navires coulés, des vols, des enlèvements et parfois des dommages irréparables.

QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UN PIRATE ET UN CORSAIRE ?

Piraterie : attaque et capture par un navire privé en mer ou à partir d’une base d’opérations maritimes en temps de paix, ou de trêve, ou en violation d’une protection spéciale, sans autorisation ni justification. HORS LA LOI

Corso : attaque et capture de navires ennemis par un navire privé sous la protection d’une lettre de marque ou de marque de corsaire ou d’une commission délivrée par une autorité publique de la couronne. PROTÉGÉ PAR LA LOI

Pour autant que l’on puisse en juger, il est difficile d’établir une différence claire, la seule : sur le plan juridique, les corsaires ayant un droit légal, ils reçoivent une licence et doivent se conformer à toute une série de clauses préalablement établies. Tout se résume à : corsaire réglementé contre piraterie sauvage.

La corsaire avait deux raisons d’être importantes :

  • Grâce à eux, la Couronne obtient un moyen supplémentaire de défendre son territoire et son commerce, face aux ennemis de la couronne et de la foi.
  • Et bien sûr, c’était une source importante de revenus provenant des taxes prélevées sur les captures. Un cinquième du butin (Quint reial) était toujours destiné à la Couronne.

CORSAIRES - LICENCES ET MARQUES OU BREVETS DE CORSAIRES :

Pour qu’un navire puisse se lancer dans corso, il fallait une licence accordée par les autorités royales ; à Barcelone et à Valence, elle était accordée par les jurys, et à Majorque par les gouverneurs ou les lieutenants.

Une fois la licence obtenue, les navires pouvaient être préparés ou assemblés.

Ces documents comprenaient toujours : le nom du bénéficiaire, le type de navire (il s’agissait généralement de petits navires rapides et légers) et une clause excluant les sujets de la Couronne comme objets de proie possibles. Voir un traité de paix ou de non-agression, par exemple : les Maghrébins, les juifs et les musulmans qui allaient faire du commerce dans les centres commerciaux de la Couronne.

¡Ne pas attaquer nos alliés! 

Afin de respecter tous les accords, une caution était fixée (négociée entre le corsaire et les autorités) et plusieurs garants étaient nommés, qui participaient normalement à l’armement des navires, mais il pouvait également s’agir de parents du capitaine.

palma-de-mallorca
Muralla del s. XVI de Palma

Le recrutement d'un équipage était autrefois une tâche difficile.

Ainsi, certaines autorisations et sauf-conduits étaient accordés pour les crimes et excès commis jusqu’au jour de l’enrôlement (à l’exception du meurtre et du viol). En outre, les patrons bénéficiaient des mêmes privilèges que les capitaines des marines royales en matière de juridiction civile et pénale. En d’autres termes, une protection, un pouvoir et une légitimité totaux pour les patrons qui, suivant la loi des corsaires, attaquaient les ennemis de la Couronne avec leurs navires.

Dans le même temps, la Couronne accordait des Marques, également appelées Patente de Corso ou Lettres de Marque, aux marchands municipaux, de sorte que le détenteur de la Marque, ou le marchand précédemment attaqué, pouvait devenir corsaire pour saisir les navires et les marchandises du pays attaquant jusqu’à ce qu’il récupère la valeur de ce qui avait été volé.

Juste vengeance! Rendez-moi tout ce que vous m’avez volé.

Les drapeaux, bannières et clairons des navires corsaires identifiaient la nation pour laquelle ils se battaient ; ils pouvaient également porter des drapeaux supplémentaires pour identifier le capitaine ou les propriétaires du navire. Contrairement aux insignes des navires pirates, qui ont créé leurs propres symboles, évoquant généralement la mort et le sang.

Les bannières étaient placées au-dessus du drapeau uniquement en cas d’incursion militaire et n’étaient utilisées que sur le navire amiral de la flotte. Ces bannières représentaient la plus haute autorité d’un État.

Bien qu’avec la paix de Nimègue en 1678 entre l’Espagne et la France, l’activité des corsaires ait considérablement diminué, le brevet du corsaire est resté en vigueur jusqu’à une bonne partie du XIXe siècle.

LE BUTIN DU CORSAIRE

L’obligation de rembourser une partie proportionnelle du butin aux autorités royales est l’une des caractéristiques qui marquent la différence entre la course et la piraterie. Bien que, comme il s’agissait d’un montant occasionnel, son revenu a été enregistré sous le concept de frais extraordinaires ou quelque chose comme un revenu extraordinaire.

Si l’issue est victorieuse, le navire est perquisitionné et saisi, les marchandises, les biens des membres de l’équipage, les armes et l’équipement du navire sont pillés. Ils avaient également l’habitude de capturer les hommes et les femmes à bord. Si, pour une raison quelconque, ils ne pouvaient pas prendre le navire, il était brûlé et coulé.

Le butin, moins la part proportionnelle du roi (1/5e), a été vendu aux enchères publiques avec l’équipage emprisonné, et il avait différentes solutions :

  • Les personnes de rang inférieur étaient transformées en esclaves et vendues ou exécutées.
  • D’autres ont été emmenés dans la ville du corsaire, d’où les autorités ont exigé une forte rançon.
  • Échange de prisonniers.

LE PIRATE

Considéré comme sauvage et inhumain. Le pirate se distingue du corsaire en ce que ce dernier agit pour son propre profit.

S’il réussissait dans l’entreprise, les résultats ne variaient pas beaucoup de ceux du corsaire ; mais si l’action échouait, il n’avait pas la Couronne pour le réclamer et le rançonner ; au contraire, le pays attaqué envoyait des navires contre lui pour le saisir. Ses biens étaient saisis et vendus aux enchères.

Ils étaient considérés comme des parasites du commerce, _ car en fait tout était facturé en « B »_.

Cap de moro en el Passeig del Born (Palma)
Hayr al-Din Jeireddín (

DÉFENSE DES ÎLES - MURS ET TOURS DE GUET

La lutte entre l’Islam et la Chrétienté s’est longtemps déroulée principalement dans la péninsule ibérique, mais avec la chute de Grenade en 1492, cette lutte s’est déplacée vers la Méditerranée, réactivant la piraterie et les corsaires.

La Méditerranée devient alors la scène principale et une zone très dangereuse. Les îles Baléares sont devenues, pour ainsi dire, les « boucliers défensifs » des côtes de la péninsule de Levante et donc l’une des zones les plus attaquées.

Les plus célèbres corsaires ottomans de cette période sont les frères: Oruj et Hayreddin Barberousse, qui, depuis leur base d’Alger (contrôlée depuis 1516), mènent de nombreuses expéditions dans toute la Méditerranée occidentale et ravagent les côtes de Naples, de la Sicile, de la Sardaigne, de la péninsule du Levant et des Baléares, notamment l’attaque de Maó en 1535 et l’attaque et le pillage de Ciutadella en 1558.

Afin de les combattre et de mettre fin à la domination d’Alger, en 1541, Charles Ier arrive à Majorque pour mettre le cap sur l’Afrique du Nord. Son arrivée a été décrite dans le Libre de l’homme bienheureux: « vinguda del Emperador y el de rey don Carlos en la sua ciutat de Mallorques y del recebiment que li fonch fet juntament ab lo que mes sucehí fins al dia que parti de aquella per la conquesta de Alger« .

Mais cette grande entreprise échoue, marquant la fin d’une politique active de défense de la Méditerranée occidentale contre les Ottomans.

Plano antiguo del castillo de Sant Felip (Maó). Demolido en 1782 por Carlos III (fuente:

Au début du XVIe siècle, les Majorquins étaient constamment dans la peur à cause des nouvelles qui arrivaient de Barberousse

et sur Charles Ier, car il était plus impliqué dans la politique de l’Empire (la lutte contre les princes protestants) que dans celle de la couronne espagnole. Il n’est donc pas surprenant que le Gran i General Consell, en juin, ait encouragé le dépeuplement des endroits proches de la côte.

Sa Dragonera

C'est après l'attaque et le pillage de Maó en 1535 que les îles Baléares ont été mises sur leurs gardes.

Un plan défensif commence à être organisé. On estime qu’il y a trop peu de fortifications, que de nombreuses réparations sont nécessaires, que des bastions et une meilleure artillerie sont indispensables.

Pour protéger la population de l’île, un système défensif a été mis en place : dans les principaux centres urbains, il a fallu construire des enceintes fortifiées intégrant les nouvelles avancées techniques, constituées de bastions polygonaux et de tracés géométriques préparés pour résister aux tirs d’artillerie ; la construction d’un réseau de tours de guet pour surveiller le littoral et l’érection de tours de refuge dans certaines fermes rurales de l’intérieur.

À Minorque, après l’attaque de Barberousse sur Maó en 1535, les murs ont été renforcés et en 1555, les travaux du Castell de Sant Felip ont commencé, dirigés par l’ingénieur Giovanni Battista Calvi et plus tard par Giacomo Paleazzo Fratin.

Les murailles médiévales de Palma avaient déjà été renforcées sous le règne de Ferdinand le Catholique et de Charles Ier ; néanmoins, en 1543, le Gran i General Consell approuva la construction d’une nouvelle enceinte fortifiée dont la construction commença en 1562, bien que les travaux aient déjà commencé sur trois nouveaux bastions (Socors, Santa Margalida et Príncep). À Alcúdia, à partir de 1543, les murs ont été renforcés par quatre bastions pour l’emplacement de l’artillerie, une partie de la muraille a été augmentée et le fossé a été approfondi.

À Ibiza, au début du XVIe siècle, ils ont construit un réseau de tours de guet et, en 1552, ils ont réalisé plusieurs projets de fortification de la ville.

En plus de tout cela, des tours de défense et de surveillance ont été construites tout au long de la côte, surtout au sud et à l’est de Majorque. À la fin du XVIe siècle, Majorque était organisée en : deux forteresses (Palma et Alcúdia), six châteaux (Alaró, Pollença, Santueri, Bellver, Artà et Capdepera), deux tours de forteresse (Sóller et Cabrera) et une trentaine de tours de guet ou d’échauguettes.

La somme totale pour la fortification des îles Baléares est estimée à 2 284 000 livres majorquines entre 1550 et 1650, une somme considérable payée en partie par la Couronne et les Universités (système de gouvernement).

Atalayas de Mallorca

MAJORQUE ET SES CORSAIRES

Entre le milieu du XVIe et le XVIIe siècle, l’activité corsaire majorquine a connu un boom, et c’est à cette époque que certains de nos corsaires étaient redoutés dans toute la Méditerranée. Le grand déclencheur de cette augmentation fut la bataille de Lépante (1571) contre l’Empire ottoman. À partir de ce moment, Philippe II tenta de contrôler l’Atlantique et les Indes américaines avec ses marines, laissant la Méditerranée avec pratiquement aucune escadre officielle.

LE CAPITAINE JAUME CANALS (1602-1679):

Jaume Joan Canals i Penya est né à Sóller dans une famille modeste. Son père, Antoni Canals, était patron de navire et sa mère, Esperança Penya, était la fille d’un marin.

Nous nous trouvons à une époque où l’ascension sociale était difficile, puisque les nobles se mariaient avec des nobles, les paysans avec des paysans, les capitaines de navire avec des capitaines de navire, etc. Ainsi, l’ascension sociale ou la promotion ne sont possibles que grâce à l’argent. Pour cette raison, le succès de l’activité corsaire a généré de grandes quantités de richesse et a permis de gravir l’échelle sociale dans une société très fermée et classiste. Au milieu du XVIIe siècle, Canals devient l’un des financiers des opérations corsaires à Majorque ; il est l’un des principaux armateurs de l’Escuadra de Mallorca à partir de 1660.

On pense que son activité de corsaire a eu lieu dans les années 1950, après ses actions à Naples et en Catalogne pour défendre le roi Philippe IV. En 1656, il est élu Conseller del Col-legi de la Mercaderia. Par la suite, il acquiert des navires et entre dans le monde de l’exportation de marchandises, notamment de l’huile.

À partir de 60 ans, son activité corsaire diminue et il devient l’un des principaux armateurs et financiers des opérations corsaires, participant à la quasi-totalité de l’armement de l’Escuadra de Mallorca du début des années 60 jusqu’à sa mort en 1679.

Il est mort en tant que régent du château de Bellver et avec le titre de chevalier, le triomphe d’un homme entreprenant !

dav
Capità Antoni Barceló Pont i de la Terra (fuente: Wikipedia)

CAPITAINE ANTONI BARCELO PONT I DE LA TERRA (1717-1797) :

On peut dire que le capitaine Toni était le corsaire le plus célèbre de Majorque. Il est né à Palma, dans le quartier de Puig de Sant Pere, Carrer del Vi (actuellement le siège des Théatines) et était fils d’un patron de petit bateau. Dans ses premières années, il travaille comme coursier entre Palma et Barcelone et plus tard, comme de nombreux marins, il demande une licence de corsaire pour se défendre contre les attaques ennemies.

Bien qu’il ait toujours travaillé sous la patente, il a pris part à de nombreuses batailles en soutenant et en dirigeant des escadrons de la marine espagnole, ce qui explique qu’il soit considéré par beaucoup comme une figure militaire et non comme un corsaire à proprement parler.

Il a rapidement gravi les échelons de la société et de la marine. En 1738, grâce à une victoire contre des navires algériens, il obtient le grade d’enseigne de vaisseau, d’où il gravit les échelons pour devenir lieutenant général de la marine espagnole.

Grâce à ses mérites à la guerre, il devient l’un des marins préférés de Charles II, mais ce privilège, ainsi que son ascension rapide dans la carrière militaire et sociale, font que les hauts officiers de la marine sont contre lui, car le Capità Toni a des origines humbles, est analphabète (il ne sait qu’écrire son nom) et grossier dans ses manières. Pour cette raison, ses partisans étaient toujours ses subordonnés ou des gens du peuple.

« Bien qu’il soit un excellent corsaire, il n’a pas et ne peut pas avoir, par son éducation, les qualités d’un général ».

En 1779, il réalise l’un de ses plus grands exploits. Charles III lui confie la responsabilité des forces navales destinées à assurer le blocus de Gibraltar. Pour assurer le succès de l’entreprise, Barceló a inventé des « canonnières » beaucoup plus mobiles. Cependant, en raison d’intrigues de palais à son encontre et de tensions entre les Majorquins et les officiers de carrière, il est démis de ses fonctions et se retire à Majorque. La situation à Gibraltar s’aggrave et Barceló retourne au front. Il avait un plan d’attaque, mais n’a pas eu le temps de le mettre en œuvre. L’Espagne avait signé le traité de Versailles, qui reconnaissait la souveraineté britannique sur le rocher. L’Espagne perd Gibraltar au profit des Britanniques. Malgré cela, le peuple a continué à soutenir Barceló avec cette chansonnette :

« Si l’Espagne en avait quatre comme Barceló, Gibraltar appartiendrait à l’Espagne, mais pas aux Britanniques »

Casa del capità Toni en Palma (carrer del vi)

Un fait curieux est qu’Antoni Barceló était une personne très religieuse, toujours avant de partir et juste après être arrivé d’une traversée, sa destination était la même : l’église paroissiale de Santa Creu, où il est enterré ; mais cela ne l’empêchait pas d’être également célèbre pour son comportement sanguinaire, car si ses prisonniers étaient musulmans, il n’hésitait pas, en arrivant à Palma, à leur trancher la gorge dans le Paseo del Born.

Aujourd’hui, il est un fils illustre de l’Ajuntament de Palma.

Mallorca Premium Tours – Tours privés dans toute l’île de Majorque